Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2010

Zinc

Tandis qu'assoupi, un vieillard
ronflait sur le zinc,
s'élevait la triste complainte
du café noir.

Coeur déconfit, brouillard
le client matinal,
accrochait de pauvres regards
au plafond sale.

05/07/2010

Au ciel


Au ciel quelques printemps s'accrochent
Quelques bleus à l'âme, à la croche
S'en vont fleurir ton firmament.

22:42 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)