Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2017

ZINC

Tandis qu'assoupi, un vieillard
ronflait sur le zinc,
s'élevait la triste complainte
du café noir.

Cœur déconfit, brouillard
le client matinal,
accrochait de pauvres regards
au plafond sale.

18:55 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

La vie banale, la vie de tous les jours quelque part. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 01/12/2017

Toujors présent, toujours poète. J'admire et j'envie.

Écrit par : Rosa | 06/12/2017

Écrire un commentaire