Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2017

Grosse chaleur

Couchée sur les tommettes rouges
Tes yeux gris fixent le plafond
Rien ne bouge,

Béziers dort ; je cherche à tâtons
Une jambe, un visage, un nom
Une inconnue,

Sur le sol frais où tu reposes
Tes bras, tes jambes à demi-nus
Prennent des poses.

12:11 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Quand il fait une grosse chaleur à Béziers, rien ne vaut le carrelage pour ce rafraîchir. Bonne et heureuse année 2018 !

Écrit par : elisabeth | 04/01/2018

Écrire un commentaire