Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2021

Arbres

                         Des arbres,
Comme on écrit l'azur.
Des arbres gigantesques
Au dessus des visages
Et par-dessus les toits.
Des arbres qui vont dormir
La tête dans le brouillard.
Et les badauds en feu
Qui passent sans les voir,
Un coup d'œil vers la Seine
ou vers un soupirail.

17:35 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Les arbres qui prennent trop de hauteur ne sont plus regardés par les badauds... Bon dimanche.

Écrit par : ELISABETH | 28/03/2021

Écrire un commentaire