Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2010

Jeune et poilu

 


Dessous les champs des forçats
On dort en chien de fusil
Pauvre soldat

J’ai vingt ans, tombé ici
Inconnu pour l’ennemi
Et pour la France

Je serre ma baïonnette
Près de mon cœur en silence
Pauvre squelette.

 

09:57 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

01/11/2010

Dans tes pas

 

Mes pas dans tes pas, dans tes traces
J'ai reconnu tous tes chemins
Tous tes espaces,

Cheminé au petit matin
Rue Claudot et Henri Déglin
Rue Michelet,

Et je t'ai vu, mains dans le dos
Cahin-caha, tu souriais
Incognito.

                                   
A mon Grand-Père.

 

 

09:20 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2010

Café ?

Ce matin n'est pas blême
Plutôt lumineux
De l'or dans les persiennes
Du bleu dans tes yeux,
Je prends mon café crème
Les yeux dans tes yeux
Il est très fort, je t'aime
Un sucre ou deux ?

20:57 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2010

Automne

Un automne trop chaud
Décalé
Sous un ciel trop bleu marchent
Des filles encore trop belles
Je ne vois que les feuilles dorées
Aux pieds des mirabelliers
J’entends les grues argentées
Bavardes comme des pies
Et le délicieux glouglou des fontaines
Place Stanislas

16:09 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

19/09/2010

Une balade étretataise

 

 

 

Des sentiers de cendres et de braises
Tes pas dans mes pas ou l’inverse
Blanches falaises

Dans tes yeux et dans tes promesses ;
Le vent salé qui nous transperce
Le ciel est noir.

Dans cet hôtel de quatre sous
Les fruits de mer sont des phares
Aux reflets roux.

 

 

 

19:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

03/09/2010

Ombres

Voyez-vous l'ombre sous ses yeux
Sous ses beaux yeux, voici le temps
Qui mousse un peu

A peine. Un jardin d'enfant
A peine. Quelques printemps
Le sentier noir

Tes petits pas sur les graviers
Ta main que j'effleure au hasard
Tes petits pieds.

14:25 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

30/08/2010

Temps

Prenez le temps il est précieux

Comme ce vers que j’ai rimé

Avec tes yeux

 

J’ai pris le temps pour mieux t’aimer

Silencieux il a filé

Sur le chemin

 

Depuis j’ai peur du sentier noir

Je ne compte plus les matins

Ni les soirs.

21:44 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

25/08/2010

Le café des Jours

Dans le café des Jours

Chantent les resquilleurs

Sur les zincs qu'on laboure

 

Et sous les vieux plafonds

On tisse des fumées

Comme des abat-jour

 

Les bouches font des ronds 

 

17:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

24/08/2010

Etoiles

Dans la lune
Et si loin 
Des étoiles

22:20 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2010

Au ciel


Au ciel quelques printemps s'accrochent
Quelques bleus à l'âme, à la croche
S'en vont fleurir ton firmament.

22:42 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

18/05/2010

Enfance

Etait-ce une nappe blanche

Sur laquelle on dessine

Un dimanche

 

Tout s’est perdu on devine

La table et la cuisine

Un enfant

 

Les bains trop chauds et la nuit

La radio qu’on entend

Et la pluie.

18:06 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

14/05/2010

Glycine

La glycine que j’ai plantée

Anémique et Lorraine

S’est enroulée comme une chaîne

Aux barreaux des années


Quelques fleurs ont ressuscité

Mauves aux reflets d’ivoire

Entre le myrte et mes pensées

Pousse le sentier noir

23:09 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2010

Le sentier noir

Je me retourne, ô combien
sont partis sur d'autres chemins
oui, combien ?

Je ne suis pas seul mes enfants
sont des pierres que j'ai déposé
sur d'autres chemins

Je me retourne, sans y croire
je vois un enfant qui ressemble
Au sentier noir.

00:02 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2010

Avril

Donc, dans ton manteau de pluie
Tu passais sans me voir
Un sourire accroché au pli
De tes lèvres d'ivoire

Avril et toute l'eau du monde
Roulait sur mes épaules.

21:49 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

28/03/2010

Coeur

Tu sais que le bois, ça a un coeur ?

Alors pourquoi tu l'as brûlé ?


Marie (Bientôt 6 ans)

19:22 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

15/03/2010

Il

Je songe il est tard ton chemin

Noir ourlé des ors de l'automne

Assassin

 

Tandis que les adieux sonnent

Même pas un refrain en somme

as-tu peur

 

Ce qui reste à peine l’écume

De ta vie

Dans la brume

21:25 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

27/02/2010

Bohème

Ma bohème fut vide 
Sans éclat ni Pont-Neuf 
Mes poches étaient solides 
Et mon pantalon neuf... 

Mon ciel à la maison 
Ne portait pas d'étoile 
Mais la mouvante toile 
Des ombres d'un plafond... 

Et j'allais infidèle 
J'allais sous la grande-ourse 
Mais jamais sous le ciel 
je n'ai suivi sa course.

 

23:35 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2010

Voix

Les voix disparues

Et vos pas enfouis

Dans ces voix

13:15 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2010

La morte amoureuse

La morte amoureuse aux bras blancs

A les yeux injectés d'amour

Et de sang


Au bord du lit dans ce séjour

Entre la mort entre le jour

Elle sourit


La séductrice aux lèvres rouges

Dépose un long baiser rubis

Comme une louve

 

 


22:45 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

16/01/2010

Disparition

Le zinc a disparu

Les murs sont recouverts de sacs

Les serveurs sont chinois

On dirait une maroquinerie

Je rentre, je m'assois sur une chaise isolée

Une jeune fille passe, me regarde étrangement

Je commande un café, il ne vient pas

Je demande encore : "vous êtes ici dans une maroquinerie"

La jeune fille au sourire charmant est un peu inquiète

Je sors laissant entre ces murs le cadavre de ma jeunesse

 

 

19:24 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

23/12/2009

Ce matin

Ce matin nous nous aimions un peu
Tandis que les toits étaient blancs
Et venteux

Dans la brume dehors j’entends
Les feuilles folles et les enfants
Et les années

Tandis que les toits étaient blancs
Ce matin nous nous sommes aimés
Un peu.

00:57 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

26/11/2009

Sous la pluie

 

Entre les tombes grises aux lettres d’or
J’ai cherché longtemps, je n’ai pas trouvé
La maison noire où tu dors.

Je m’en souviens il pleut encore
Sous la pluie on t’avait couchée
Dans le royaume des morts

Nous étions six dans ce décor
Je n’avais pas pleuré
Je pleure encore.

21:56 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

13/11/2009

Fin d'été

Souviens-toi nous avions un autre regard
Dans ton jardin coupé de haies
Quelques pies rebondissaient
Comme deux balles noires et blanches
Un coq camaïeu faisait le beau
Dans un poulailler improbable
Quelques poules trop vieilles gloussaient
Comme des poules
Et sous l’auvent de bois blanchi
Nous buvions un thé à la menthe
Songeant tristement que la fin de l’été approchait.

16:48 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4)

11/11/2009

Jeune et poilu

Dessous les champs des forçâts
On dort en chien de fusil
Pauvre soldat

J’ai vingt ans, tombé ici
Inconnu pour l’ennemi
Et pour la France

Je serre ma baïonnette
Près de mon cœur en silence
Pauvre squelette.

19:33 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

08/11/2009

Novembre

L’automne a perdu ses feuilles
Et ses couleurs
Ses arbres sont nus, c’est l’heure
Du triste deuil

Novembre presque l’hiver
Rêve déchu
Les matins blêmes ont un air
Abattu

Chacun relève son col
Mains dans les poches
Guettant la funeste cloche
Qui sonne.

19:39 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2009

Regret

Le temps sur nos têtes a pesé

Comme un point d’interrogation

J’ai oublié

 

Le banc où nous nous embrassions

Le café et le tabac blond

La pépinière

 

Mais pas ce curieux regard

Emeraude à travers le lierre

D’un  regret

22:01 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

18/10/2009

Automnes

Voici l'ami des mauvais jours
Qui dépose des feuilles d'or
Sur les faubourgs

Il me semble qu'il pleut dehors
C'est la jeunesse qui s'endort
Sur les pavés

Tant d'automnes ont passé déjà
Les trottoirs sont à peine usés
Sous nos pas.

19:46 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

07/10/2009

La vieille dame

C’est un matin au bord du gouffre

Un petit goût de paradis

Ou de soufre

 

Elle se meurt dedans son lit

La dame dans ses draps jaunis

Il est tard

 

Tandis que d’autres ont bien le temps

Tout au bout du sentier noir

Elle attend.

22:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2009

Rosières-aux-Salines...

Le lit était si haut, le duvet si épais
Pour un enfant chétif, voilà l'Himalaya
Sous cet édredon rouge, on n'avait jamais froid
Il me semblait entendre une voix chuchoter,
"ça va petit t'as pas froid ?".

22:36 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2009

Sur l'automne

 

Quand l'été s'éparpille
Jaunissant les fossés
C'est la mélancolie
Qui borde les sentiers,

Un ciel gris abandonne
Sur la terre meurtrie
Et dans le coeur des hommes
Pluie et mélancolie
.

 

 

Même l'automne
Meurt
En hiver

 

 

C'est bien joli l'automne
Sur nos barques embarquées

Là-bas les cloches sonnent
Très loin dans la vallée

Très loin ; l'onde frissonne
Ce fut un bel été.

 

Les saules saupoudrent d’or
Les chemins, le jardin
A l’échafaud du temps encore
   Quelques matins,

Automne dans les fossés
Jaune mélancolie
Un couple sur un banc usé
   Usé aussi

 

Mais oui, c’est l’automne qui passe
Le ciel est presque blanc
Un couple sur un banc s’embrasse
   C’est le printemps.

 

20:04 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)