Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2009

Place Stanislas (Nancy)

Avril, tout doucement réchauffe
Nos amours dessous leur manteau
Elles s'échauffent,

Les petits matins sont plus chauds
On chante et on parle plus haut
L'espoir au corps,

Je foule tes pavés brillants
Belle place aux fontaines d'or
Et d'argent.

12:28 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

07/04/2009

Subprime

Subprime
Deux escargots en bavent
On dirait des limaçons

13:42 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

19/03/2009

Adieu

Je me suis retourné une dernière fois
Et voir tous ces chemins mille fois parcourus
Et voir toutes ces croix,

Vous êtes morts je crois, je ne vous aime plus
Vos rêves, vos enfants, vos amours, inconnus
Ne m'intéressent pas

Vagues silhouettes noires, et froides et silencieuses
Au bord de mes fossés, vous me tendez les bras
Entendez-vous ? Entendez-vous ?
C'est votre tombe que je creuse.

16:10 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

11/03/2009

Enfance

Voyez-vous l'ombre sous ses yeux
Sous ses beaux yeux, voici le temps
Qui mousse un peu

A peine. Un jardin d'enfant
A peine. Quelques printemps
Le sentier noir

Tes petits pas sur les graviers
Ta main que j'effleure au hasard
Tes petits pieds.

17:36 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

02/03/2009

Je déteste les cigales !

Cri-cri-cri-cri-cri,
Je crie les cricris s'arrêtent...
Cri-cri-cri-cri-cri...

Cri-cri-cri-cri-cri
Cri-cri-cri-cri-cri-cri-cri
Cri-cri-cri-cri-cri

Cri-cri-cri-cri-cri
Crac, zut... je l'ai écrasée
Cri-cri-cri-cri-cri

Gri, gri, gri, gri, gri
Gri, gri, gri, gri, gri, gri, gri
Gri, gri, gri, gri, gri                          

(celle-là est enrhumée)

 

20:41 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

20/02/2009

à J et M

Sur ce lampadaire
Un joli bouquet accroché
Toujours remplacé
Toujours toujours toujours
Il avait 18 ans
Il était beau
Il sera toujours beau
C’est le privilège de ceux qui meurent trop tôt

20:29 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

15/02/2009

Vieillir

Je vieillirai
Comme une bibliothèque
Dont les livres sont lus régulièrement
Et que l’on ne range jamais à la même place.
Je serai sage comme les héros antiques,
Le temps n’aura plus d’importance,
Ni le regard des autres.
Et j’attendrai pour m’endormir que l’on m’aime un peu.
Je pourrai alors éteindre la lumière.

21:08 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

19/01/2009

De l'amour

De l’amour, un matin qui va
Qui vient
Qui va plutôt, plutôt très bien
Qui s’en va

Dans l’air atone d’un matin
Qui s’en va
L’amour que j’avais dans mes bras
Sur mon sein

Le voici tout près et si loin
Le voilà
Le voici il me tend la main
J’ai froid.

15:19 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

14/01/2009

Ne dites pas sale juif

Des enfants sont morts aux visages
Blancs sous la douloureuse pierre
Qui n’a plus d’âge

Mais ne dites pas sale juif
Ne dites rien sur les enfants
Assassinés

Ce sont les mêmes les enfants
Sont des rois dans notre maison
Et dans la tienne

18:19 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

06/01/2009

Au 77 (Nancy, quartier des Trois-Maisons)


Ce quartier : un vieux porche vert
Les murs que la vigne rongeait
Toi derrière,

La Cour des Miracles en été
Un caddie blanc abandonné
Bruits de vaisselle,

Tout près, très loin, grondait la ville
des cris, des klaxons imbéciles
Comme un rappel.

21:34 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

31/12/2008

Enfant

J’ai plus aimé l’enfant que tout
Son sourire et sa toux
J’ai aimé lui donner la main
Et traverser la rue
Oui. J’ai tout aimé un peu trop tard
Je sais que les parents me comprennent
Un peu trop tard
Ce matin j’ai jeté la dernière couche

17:50 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

24/12/2008

Le sentier noir


Sur nos chemins isolés
L'un, l'autre, sous le même orage
Le même été,

Si proches et solitaires à l'âge
Où l'on niait l'autre rivage
Le sentier noir,

Nous marchions dans l'allégresse
Tandis que filait vers le soir
Notre jeunesse.

14:17 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (5)