Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2016

Kiosque

Kiosque à la dérive
Chemins en creux
Amoureux
Bach en tête
Dans la tête
Le doux voile
Des étoiles
Ton image en
Filigrane
Les bancs
Nous accompagnent
Vert de gris
Solitude
La nuit
Latitude
Inconnue
Chemins en creux
Bateau ivre
Dérive.

16:08 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

24/03/2016

Déjeuner

 

- Tu déjeunes le midi ?
- Ça me parait évident…
- Dis donc, c’est quoi ce ton ?
- J’veux dire… déjeuner se suffit à lui-même.
-… Tu manges pas à midi ?
- Mais si… mais déjeuner à midi, c’est un pléonasme.
- Un quoi ?
- Un pléonasme… comme monter en haut, dîner le soir…
- D’accord.
- Quoi d’accord ?
- Bah d’accord mais tu déjeunes ?
- Non merci. (soupir)
- Pas maintenant ! Au jour d’aujourd’hui, tu as déjeuné ?
- Ca aussi, c’est pléonastique…
- Hein ?
- Je te dis que ton expression « au jour d’aujourd’hui » est pléonastique !
- Tu me fais chier avec tes pléonasmes !
- Ecoute… tu m’envoies à l’école… j’apprends, je réutilise mes connaissances… c’est tout.
- Et à l’école, y’a pas un mec qui te dit qu’il faut déjeuner ?
- Non. Par contre on ne doit pas utiliser l’expression « y’a pas », c’est incorrect.
- Dis-moi…
- Oui ?
- « Ma main dans la gueule » c’est pléonastique ?
- Euh… non.
- C’est bien ce que je pensais. Tu as déjeuné ?
- Oui Papa.

 

20:49 Publié dans Bidouille | Lien permanent | Commentaires (2)

22/03/2016

Dimanche

Etait-ce une nappe blanche
Sur laquelle on dessine
Un dimanche


Tout s’est perdu on devine
La table et la cuisine
Un enfant


Les bains trop chauds et la nuit
La radio qu’on entend
Et la pluie.

22:29 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

11/03/2016

Après

Mes pas sont restés

Au concert des jours

Kiosque abandonné

Violons sourds

 

Allées dépeuplées

Passants qui courent

Tilleul arraché

Doigts gourds

 

Mes pas sont restés

Le reste court

Après les années

Après mon amour.

 

 

12:02 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

26/02/2016

Marie

marie 5.jpg

06/02/2016

N...

Sur une vieille table
Un café, quelques chocolats
Un monologue interminable
Mais cette voix...

Je l'écoute comme un enfant
Une main sur son épaule
Elle aurait pu parler cent ans
De sa voix chaude.

00:02 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

30/12/2015

Demain

Viens vite mon ami et donne moi la main
Le temps s'est essuyé les pieds sur mes chemins
Il est tard

Mais oui j'avance encore sur ce sentier noir
Les heures passent comme celles encore à voir
Il est tard

Viens vite mon ami et donne moi la main
Demain j'ai cinquante ans et c'est déjà demain.

 

20:46 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4)

17/12/2015

Quand on a cinquante ans.

Comme c'est triste d'aimer
Quand
on a déjà aimé
Il n'y a plus de banc
à peine quelques après
Comme c'est triste d'aimer
quand on a cinquante ans.

18:29 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

17/11/2015

John Oliver à "L'Etat" islamique.

14/11/2015

...

 

JE SUIS CHARLIE

18/08/2015

Tom Jones and Janis Joplin - Raise your hand (1969)

22:36 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (3)

24/07/2015

Parfum de 1976

Cette odeur, parfum de la terre
A fait se lever quelques spectres
Du cimetière,
 
Dans les champs roux, journées champêtres
Chemins de mousse sous les hêtres
Et longues siestes,
 
Les femmes ont des chapeaux de paille
Elles fument des cigarettes
Les enfants bâillent.

11:19 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

12/07/2015

A Sushi

Dans le givre du matin
Les chats
Avancent lentement

Kerouac

12:04 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

05/07/2015

Jambinai, hybrid of tradition

17:05 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/06/2015

Jupon

Voyez-vous ce jupon qui sommeille
Dans l'armoire fermée à clé
Pareil
 
Au linceul couvrant nos années
Aux pas à jamais déposés
Et même
 
Ces mains sur tes dentelles blanches
Ces mains avides sur tes hanches
Sont blêmes. 

21:15 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

01/06/2015

La chanson du petit fantôme.

 

J'ai vu sur ma commode
Un p'tit fantôme
Qu'avait pas l'air commode

Il m'a dit cette nuit
J'irai sous ton lit
Te chatouiller les pieds

Mais moi j'suis pas inquiet
Faudrait une fanfare
Un sacré tintamarre
Pour me réveiller

Il traverse les murs
Même les plus durs
En traînant des pieds

Il m'a dit cette nuit
Je vais faire du bruit
Sous ton oreiller

Mais moi j'suis pas inquiet
Faudrait un gros bazar
Un énorme pétard
Pour me réveiller.

 



podcast

 

 

21:24 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

13/05/2015

Toul

Tes trottoirs aux pavés merdeux
Encombrés de bennes en plastique
Et de boeufs,
 
Bordés de maisons asthmatiques
Aux fenêtres apoplectiques
Aux vieux parpaings
 
Tes remparts qui nous emprisonnent
Retiennent rumeurs et potins
Tes cloches sonnent.

11:55 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

10/04/2015

Hugues Le Bars "J'en ai marre"

23:32 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (6)

07/04/2015

Café

C'est une terrasse à demi-morte
Un café repose tranquille et froid
La table est rouge et métallique 
Je regarde passer les gens
Ils sont de plus en plus jeunes.

 

18:59 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4)

04/04/2015

Avril

Donc, dans ton manteau de pluie
Tu passais sans me voir
Un sourire accroché au pli
De tes lèvres d'ivoire

Avril et toute l'eau du monde
Roulait sur mes épaules.

15:17 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

29/03/2015

Ville

Ce désert des cœurs
A marée basse
Le sable et la peur

Entre ces tours fugaces
Ces géants qui agacent
Les nuages

 

Nous marchons, solitaires
Dans ce seul paysage
Pénitentiaire

19:30 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

24/03/2015

.

Je marche à reculons depuis
Et les arbres abandonnés
Regardez
Ici, des enfants ont vécu
Il me semble
Peut-être avons-nous été heureux
Ce n'est rien
Un jardin de souvenirs
Juste un jardin
Et de l'herbe coupée.

17:48 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

29/01/2015

Stanislas, une coulée de lumière Jame's Prunier

Jame's Prunier : Stan, tombée de lumière.

16/01/2015

Souvenir déjà...

Sans titre.JPG

14/01/2015

Hiver

Les matins blêmes portent nuit
Et bijoux de pacotille,
Accrochant aux semelles des gens
leur jeunesse qui fout le camp.
 
Je me lève. Tout a disparu.
Dans tes yeux, dans ma rue.

10:39 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

13/01/2015

Mais pas oublié.

Mahomet en une du «Charlie Hebdo» de mercredi

12/01/2015

Ne dites pas sale juif

Des enfants sont morts aux visages
Blancs sous la douloureuse pierre
Qui n’a plus d’âge

Mais ne dites pas sale juif
Ne dites rien sur les enfants
Assassinés

Ce sont les mêmes les enfants
Sont des rois dans notre maison
Et dans la tienne

09:34 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1)

10/01/2015

Purée de Haïku

Je ne suis plus si jeune   Les amis de paille 
L’ombre résiste   Usés jusqu’à la corde 
Derrière mes volets   Des regrets 
 
Amours SMS 
Illimitées 
Au forfait   Ta voix comme un ruisseau 
   
 Dont le lit asséché 
Le chat fait un rond   A épousé la terre (abreuvé) 
Au centre 
Le bitume chaud 
 
Je regarde ces maisons  Ne pleure pas 
Elles m’ont volé mes champs Et 
 
Ne te retourne pas 
Mon enfance   sur l’abîme de nos jours 
 
Le soleil me laisse froid   j’ai froissé la pierre 
J’aime les matins brumeux et mon coeur 
Les ardoises blanches de givre et cette lettre glacée 
 
Ce qui reste   Suivre le cercle blanc 
Une odeur de terre   De nos pas infinis 
La pluie sur ta maison  Jusqu’à toi 
 
La solitude comme Le temps s’ennuie 
Un enfant qui s’éloigne 
 De ne pouvoir rompre 
A petits pas   Avec son passé 
 
La rue des dames Sous la pluie les dames 
Pavée de gris   Haut perchées 
Et de pluie   Font les grues 
 
Ces années sont douces
 Des clients poussiéreux 
Comme des oranges amères
 Se reboutonnent 
Comme un enfant
 La queue basse 
 
Le lilas éphémère Tout est dévasté 
Sur tes murs éphémères   Mon ciel bleu 
Refleurira Mes nuages 
 
En mai Sous les cerises 
Les ballets blancs, rouges
 L’aimable fruit 
Des papillons De nos amours 
 
Tes yeux gris parfois Au bout du chemin 
Je t’aime aussi Du sentier noir 
Pour ces yeux là Rien 
 
L’ombre des années Pas encore peur 

Ne te retourne pas 

Sous mes yeux       

 Dans mon cœur       Au milieu du gué 

http://aliquante.hautetfort.com/

 

08:32 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (3)

08/01/2015

Bonne année mon cul !